• Principes pour une charte de la chevalerie, partie II

    Deuxième Partie

    De la chevalerie comme institution

    ARTICLE 8.

    La chevalerie est le collège formé par tous ceux qui ont reçu validement l’adoubement chevaleresque et font profession de vivre conformément au code d’honneur de la chevalerie.

    ARTICLE 9.

    La chevalerie est un Ordre dont tous les membres, liés au Christ et les uns aux autres par la fidélité chevaleresque dans un état de vie nouveau, sont égaux entre eux.

    ARTICLE 10.Adoubement de Saint Martin - Simone Martini - Assise, 1317

    a)         L'adoubement est le rite qui fait les chevaliers.
                           Il a deux formes légitimes :

           il est laïc, lorsque celui qui le confère est lui-même un chrétien laïc authentiquement chevalier adoubé;
            il est liturgique, lorsque le consécrateur est un évêque, un abbé ou un autre prélat ayant privilège, utilisant un rituel traditionnel approuvé par l'autorité compétente.

    b)   Les deux rites, liturgique et laïc, qui ont subsisté côte à côte, au cours des siècles, ont une valeur juridique identique, créent également des chevaliers, ayant mêmes devoirs et mêmes droits, y compris celui de transmettre à leur tour la chevalerie, évidemment selon le mode laïc.

    c)   Les gestes d'investiture qui sont usités pour les décorations ou les Ordres de Mérite, ne sont pas des adoubements, et ne créent pas des chevaliers au sens traditionnel.

    d)   Il en est de même, a fortiori, des cérémonies à caractère chevaleresque de certaines initiations ésotériques ou maçonniques, quelles qu'elles soient.

    ARTICLE 11.

    a)   L'adoubement liturgique est un sacramental de l'Église ; il comporte donc une bénédiction et confère au croyant qui le reçoit, à la fois la mission du chevalier et la grâce nécessaire pour l'accomplir.

    b)   Nul laïc ne peut conférer l'adoubement, ni roi même sacré, ni prince, ni grand-maître ou membre d'un Ordre de chevalerie, même s'il porte le titre de chevalier, qu'il n'ait été lui-même validement adoubé.

    c)   La chevalerie ne peut être conférée par simple nomination, ni transmise par procuration ou délégation.

    ARTICLE 12.

    a)    Le rite de l'adoubement laïc peut varier ; il comporte néanmoins les éléments suivants :

              la volonté de transmettre et celle de recevoir,
              le geste de ceindre l'épé,
              des paroles exprimant la transmission de la chevalerie,
              la « paumée », coup du plat de la main sur la tête, ou son équivalent la « colée », coup du plat de l'épée sur l'épaule,

    à quoi peuvent s'ajouter d'autres éléments vénérables, tels que :

              la veillée d'armes,
              la bénédiction de l'épée par un prêtre,
              la déposition de l'épée sur l'autel, etc.

    b)   La validité de l'adoubement laïc dépend de l'authenticité de sa filiation. Celle-ci doit être continue et décelable.

    ARTICLE 13.

    a)   L'adoubement conféré à un non-chrétien est invalide, nul de plein droit et non avenu. Il en est de même de l'adoubement conféré à une femme.

    b)   L'adoubement entraînant des devoirs précis pour la défense de la Chrétienté, ne peut être licitement conféré à des personnes inaptes ou non qualifiées. Nul ne peut être chevalier s'il n'est croyant sincère, ayant atteint l'âge de la majorité légale, sain d'esprit et de corps, de mœurs intègres et de bonne réputation, noble de cœur et loyal, courageux au physique et au moral, ayant fait ses preuves au service de la Chrétienté, de sa patrie ou de son prochain, capable d'exercer un ascendant moral sur les autres, animé de la volonté d'observer en tous points le Code d'honneur chevaleresque, même au péril de ses biens et de sa vie.

    c) La chevalerie a toujours été distincte de la féodalité et de la noblesse ; elle ne saurait être réservée à l'aristocratie de race.

    ARTICLE 14.

    a)   Le Code d'honneur de la chevalerie est la loi morale qui s'impose à tous les chevaliers et les constituent dans l'état de vie chevaleresque. Il a connu des rédactions diverses, mais qui toutes contiennent les éléments suivants :

              Foi, espérance, charité.
              Fidélité.
              Rectitude morale, passion de la vérité et de la justice.
                Force au service du droit.
              Mépris de l'argent, horreur des compromissions, refus de toute médiocrité pour soi-même.
              Respect et amour des pauvres et des faibles.
              Service et amour de la patrie, de la Chrétienté, de la paix.
              Humilité et Magnanimité.
              Intrépidité.
              Courtoisie et délicatesse de cœur.

    b)   La tradition la plus ancienne de la chevalerie reconnaît en Marie, la dame, par excellence, des chevaliers, et dans l'archange Michel, Prince des anges, vainqueur du Dragon, leur très noble modèle et le Grand Maître céleste de toute chevalerie, pour le service du Christ-Roi.

    ARTICLE 15.

    a)   La chevalerie se perd par dégradation. Les crimes énoncés ci-après entraînent la dégradation chevaleresque :

              Apostasie publique de la foi chrétienne.
              Trahison de la patrie (jugée selon les critères de la Loi naturelle).
              Aide aux ennemis de la Chrétienté.
              Crimes de droit commun ; homicide, vol, escroquerie, attentat aux bonnes mœurs (scandale externe).
              Trahison de la profession chevaleresque et de l'Ordre auquel on appartient.
              Transmission de la chevalerie à un non-baptisé ou à un membre de sectes ou partis antichrétiens,
              et tout manquement très grave à l'honneur ou à la parole donnée.

    b)   La déchéance du félon est constatée et prononcée par les instances chevaleresques qualifiées, et dans les formes prévues par elles.

    « Principes pour une charte de la chevalerieUn esprit renouvelé de chevalerie des temps modernes (1992) »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :