• Saint Louis-Marie Grignion de Monfort

    Saint Louis-Marie Grignion de MonfortFêtes et mémoires en usage à la Militia Christi

    28 avril

    Tertiaire dominicain

     

    Né en 1673 d’un père avocat à Montfort sur Meu en Bretagne et dans une famille de 18 enfants (!), il mourut épuisé à 43 ans à Saint-Laurent sur Sèvre, lieu sur lequel viendra le Pape Jean-Paul II en pèlerinage en 1996.

    A la sortie du Collège des Jésuites à Rennes, où il fait vœu de pauvreté, il rentre au Séminaire Saint-Sulpice de Paris pour être ordonné prêtre à 27 ans.

    Il prêche dans les campagnes, à l’hôpital et noue des amitiés spirituelles avec des aristocrates.

    Il fonde en 1703 avec Marie-Louise Trichet une congrégation féminine « les Filles de la Sagesse», d’abord hospitalière puis évoluant vers l’enseignement.

    En 1706, il rencontre le Pape qui le nomme « Missionnaire Apostolique » pour la France et en 10 années, il prêchera de Saint-Brieuc, à Saintes, Nantes, Rouen.

    Probablement en 1712, il rédige à La Rochelle son ouvrage le plus important : «TRAITE DE LA VRAIE DEVOTION A LA VIERGE MARIE », égaré à la suite de la Révolution et retrouvé en 1842.

    Il institue en tous lieux des « Confréries du Rosaire », avec l’autorisation du Provincial des Dominicains de la Province de France.

    Son œuvre se perpétue aujourd’hui à travers de nombreuses congrégations :

    • La Compagnie de Marie, créée après sa mort, composée de prêtres et catéchistes, missionnaires ruraux, qui deviendront LES PERES MONTFORTAINS, dont l’objectif est de « renouveler l’esprit du christianisme dans les chrétiens »
    • Les Frères de l’Instruction Chrétienne de Saint-Gabriel, créés au XIXème, devenus Frères de Saint-Gabriel
    • Les Filles de la Sagesse, consacrées à JC, Sagesse dans le mystère de son incarnation en Marie, représentées dans 23 pays sur 5 continents
    • L’Institut Séculier Montfortain
    • La Fraternité Mariale Montfortaine
    • La Légion de Marie, fondée à Dublin en 1929 (3 millions de membres actifs et 10 millions de membres auxiliaires dans le monde
    • Diverses communautés nouvelles… Un hôpital à Ottawa au Canada porte son nom, de même qu’une Confrérie « Marie, Reine des Cœurs » là-bas…

    Pour Louis-Marie de Montfort, le salut passe par Marie. Elle est toute la raison et l’espérance des enfants de Dieu, puisqu’elle intercède sans cesse auprès de Jésus.

    Notre futur Saint, le Pape Jean-Paul II, avait une grande dévotion pour Saint Louis-Marie G. de Montfort depuis ses lectures en tant que séminariste clandestin à Cracovie. Sur son blason, notre Saint Pape avait choisi le M de Marie et repris les mots de St L-Marie : TOTUS TUUS.

    « Totus Tuus ego sum et omnia mea Tua sunt. Accipio Te in mea omnia »

     

    Saint Louis-Marie Grignion de Montfort n’est pas Docteur de l’Eglise. En 1926, on avait pensé à le présenter comme Docteur de la médiation universelle de la Vierge Marie… Après Vatican II, on a considéré que Marie était perçue comme un obstacle à l’œcuménisme pour les protestants. (Cf. décision de la Congrégation pour la cause des Saints, à l’époque « congrégation pour la doctrine de la Foi », dont faisaient partie le Cardinal Ratzinger et Jean-Paul II)

     

    Acheter le Traité de la vraie dévotion...

    « Identité et vocation de la Militia ChristiBienheureux Barthélémy de Bragance »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :